Home Non classifié(e) Sclérose en plaques: éduquer le système immunitaire pour la combattre ?

Sclérose en plaques: éduquer le système immunitaire pour la combattre ?

Sclérose en plaques: éduquer le système immunitaire pour la combattre ?
0

La sclérose en plaque est une maladie auto-immune

La sclérose en plaques ou SEP, est une maladie auto-immune qui touche le système nerveux central (SNC). C’est à dire que la SEP est une situation pathologique, due à une erreur de l’immunité.

Le système immunitaire identifie, à tort, la myéline comme un corps étranger qui menace l’organisme, et la détruit.

Normalement, la myéline est une protéine qui forme une gaine autour de l’axone, la partie du neurone responsable de relayer le message nerveux. La myéline agit comme un isolant naturel qui permet la conservation du signal électrique.

Sans la myéline, le message s’éparpille et ne peut pas se propager, ce qui cause les symptômes propres à la SEP.

Reprogrammer le système immunitaire pour arrêter la sclérose en plaques

Le système immunitaire a le pouvoir de repérer, d’attaquer et de détruire des cellules ou éléments identifiés comme nuisibles pour le corps.

Un parfait équilibre doit donc être respecté. D’une part le système ne doit pas trop agir, combattant ainsi des éléments qui ne représentent en réalité aucun danger, comme lors des maladies auto immunes ou des allergies. D’autre part, un système immunitaire sous réactif qui n’identifierait pas les agents pathogènes, exposerait l’organisme à la menace des bactéries et des virus.

Un équilibre subtil entre les cellules T helper responsables de l’induction de la réaction immunitaire, et les cellules T reg régulatrices de la régulation doit donc être respecté. Lorsque les cellules T helper acquièrent une hypersensibilité qui les fait identifier des cellules du « soi » comme étrangères, l’équilibre est rompu. C’est la maladie auto-immune.

Apitope, a mis au point un traitement, qui vise à éduquer le système immunitaire afin qu’il retrouve une tolérance à la myéline et cesse de l’identifier comme un danger.

A cette fin, quatre peptides, séquences courtes de protéines dérivées de la myéline, sont injectées au malade. Ces peptides rééduquent le système immunitaire, pour encourager la production de cellules T reg. Finalement, l’équilibre immunitaire sera rétabli. En effet, les cellules T helper n’identifieront plus la myéline comme un ennemi et sa destruction sera stoppée.

Un traitement spécifique et ciblé qui ne neutralise pas tout le système immunitaire

Le traitement de la sclérose en plaque implique habituellement une neutralisation du système immunitaire global. Les médicaments administrés pour traiter la sclérose en plaques sont souvent non spécifiques. En effet, lorsque tout le système immunitaire est réprimé, il ne reconnait pas la myéline comme un ennemi. Pourtant, le corps a besoin de conserver un système immunitaire réactif pour lutter contre les éventuelles menaces infectieuses. En conséquence, ces médicaments luttent contre la SEP mais causent des effets secondaires non négligeables dus à leur manque de spécificité

L’avantage principal de cette méthode de traitement réside dans sa spécificité. Le système immunitaire est totalement maintenu, et reste efficace. Seules les cellules qui identifiaient précédemment la myéline comme une protéine à combattre sont « reprogrammées’’.

En outre, la sclérose en plaques est traitée à son origine, la destruction de la myéline est combattue.  L’action d’Apitope sur les symptômes n’est pas directe. Le traitement agit sur les causes qui sont à l’origine de la maladie. Il en découle finalement une amélioration des symptômes.

Des essais cliniques en cours de phase II

Ce médicament s’adresse à 70 % des malades de la sclérose en plaques, qui ont un profil génétique adéquat. Pour l’heure, six patients atteints d’une sclérose en plaques progressive ont été traités avec succès, diminuant considérablement la réaction auto-immune. La société qui a développé ce traitement espère une mise sur le marché dans le courant 2026.

Cette méthode de traitement, qui consiste en l’éducation du système immunitaire, pourra être utilisée dans une variété d’autres maladies. Des traitements contre les allergies, la maladie de Grave ou encore l’hémophilie, sont en cours de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *