Home Non classifié(e) Neurologie Révolution dans l’univers du cannabis thérapeutique

Révolution dans l’univers du cannabis thérapeutique

Révolution dans l’univers du cannabis thérapeutique
0

SYQE , start-up médicale israélienne, développe un inhalateur qui permet de doser avec précision les quantités de plantes distribuées. La première plante qu’ils ont testée est le cannabis, dont la posologie est particulièrement importante dans son administration à usage médical.

Chanvre, la plante

Le chanvre est  connu sous le nom de Cannabis pour ses effets psychotropes. Il agit sur le système nerveux central en modifiant les perceptions, les sensations et l’humeur. Il peut-être utilisé à usage médical ou usage récréatif. Du reste, sa consommation et sa vente sont interdites, hors du cadre pharmaceutique.

Il y a 60 composants dans le cannabis appelés les cannabinoides. Les deux plus importants sont le THC (tetrahydrocannabinol) et le CBD(Cannabidiol). Le THC a des effets psychoactifs. Il soulage la douleur et autres symptômes, donne un sentiment d’euphorie mais peut avoir des effets négatifs, comme le délire et les hallucinations. Il est illégal dans presque tous les pays. Le CBD limite les effets du THC . Le CBD est non psychoactif. Il aide à traiter les mêmes symptômes que le THC, sans euphorie. Le professeur Raphaël Mechoulam, chercheur israélien, est le pionnier du  cannabis thérapeutique, il est le premier a avoir  identifié le THC.

Il existe trois grandes familles de cannabis: Sativa, Indica et Ruderalis. Le % de THC et CBD contenu dans les différentes variétés est non seulement déterminant dans le choix de la variété cultivé mais le ratio a aussi  un impact sur les sensations ressenties. Par conséquent, le Cannabis Sativa, plus riche en THC,  est la plus populaire et  la plus cultivée, principalement pour ses effets psychotropes.

Le cannabis médical

Le cannabis se présente sous trois formes: L’herbe ou marijuana qui mélangée a du tabac et roulées en cigarette se fume (0.1 -25% de THC). La résine ou Haschisch, sous forme de plaque compressée qui se consomme dans un pétard (joint) ou une pipe à  eau (10 – 30% de THC) et l’huile qui est la plus forte en THC (60-80%).

Le cannabis est utilisé comme plante médicinale depuis l’antiquité, pour traiter ou soulager un symptôme. Il soulage la douleur de nombreux patients grâce à ses propriétés anti-spasmes, anti vomitives et stimulatrices de l’appétit. Il est une solution de rechange aux traitements traditionnels en cas de douleurs chroniques et aide dans de nombreuses pathologies.

La  consommation et l’usage régulier du cannabis peuvent déclencher des effets indésirables graves, tels que des dépressions, des troubles paranoïaques, de la somnolence, une confusion, une perte de mémoire, et des crises de panique . De nombreux médecins sont donc réticents à l’usage  du cannabis. Cependant, en ajustant les doses au patient et sous contrôle médical, l’herbe peut aider de nombreux malades (Sclérose en plaques, Epilepsie, Alzheimer, Sida, syndrome de stress post-traumatique, neuropathie et douleur chronique.)

Sécuriser l’administration – L’inhalateur

Les parties de la plante, où se concentre le THC peuvent être ingérées (gateaux). Elles peuvent être aussi dissoutes sous la langue (vaporisateur, spray), fumées, inhalées par voie respiratoire.

Fumer reste la méthode la plus courante de consommation. Les effets se manifestent instantanément mais la combustion des fleurs et feuilles séchées, induit une absorption importante de substances toxiques par le fumeur. De plus, la combustion des matières végétales contient des produits cancérigènes que le cannabis ne contient pas à l’origine. En outre la fumée de marijuana irrite la gorge et les poumons.

L’inhalateur est une technique  innovante car la matière végétale ne brûle pas. Par conséquent, les effets toxiques sont évités.  L’appareil est connecté à un smartphone, de ce fait, et pour la première fois dans le monde, les médecins vont suivre la consommation du cannabis en temps réel et vont déterminer précisément la dose dont le patient à besoin. Avec l’inhalateur, l’efficacité est aussi supérieure aux autres modes d’administration (Soulagement de la douleur après 20 minutes). Discret, l’inhalateur ressemble à un inhalateur de ventoline contre l’asthme. Une version sera destinée à l’usage hospitalier, tandis qu’une autre à l’usage domicile, en poche.

Vers un cannabis reconnu « médicament » en 2017

Le dispositif est utilisé depuis un an dans un hôpital, en Israël sur des patients. Teva, le géant pharmaceutique, commercialisera le produit dans le monde. Un espoir pour de nombreux patients dans le monde qui pourront retrouver une certaine qualité de vie.

L’inhalateur sera aussi testé, pour lutter contre le tabagisme dans le futur. D’autres modes d’administration du cannabis , suppositoires, collyres (traitement des glaucomes), pansements appliqués sur la peau, et perfusions sont à l’étude.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *