Home Non classifié(e) Neurologie Maladie d'Alzheimer Thérapie génique contre le vieillissement humain

Thérapie génique contre le vieillissement humain

0

Elizabeth Parrish, PDG de Bioviva est devenue le premier être humain à être rajeuni avec succès par la thérapie génique.

La technologie : rallongement des télomères via une thérapie génique humaine

Bioviva a développé deux thérapies géniques expérimentales : une pour se protéger contre la perte de la masse musculaire avec l’âge et une autre pour combattre l’appauvrissement des cellules-souches responsables de diverses maladies et infirmités liées à l’âge.

C’est le premier succès mondial de rallongement des télomères* via une thérapie génique sur un humain. La thérapie génique a déjà été utilisée pour rallonger des télomères dans des cellules cultivées et sur des souris. Cette expérience n’avait jamais été réalisée chez l’humain.

Les télomères sont de courts segments de l’ADN qui couvrent les extrémités de chaque chromosome. Ils agissent comme des « amortisseurs » contre l’usure. Ils raccourcissent à chaque division cellulaire, devenant finalement trop court pour protéger le chromosome. Ceci entraîne un dysfonctionnement de la cellule et le vieillissement du corps .

Des essais cliniques programmés qui doivent permettre une commercialisation en 2020

BioViva va tester de nouvelles thérapies géniques. Il faut encore vérifier si la thérapie peut s’appliquer à d’autres organes ou tissus, et si ça fonctionne sur tous les patients. Pour l’instant, toutes les réponses reposent dans les cellules d’Elizabeth Parrish, le « patient zéro » de la thérapie génique réparatrice. Le but: une commercialisation massive d’ici 2020

Si les résultats ont été en partie vérifiés, l’expérience a été accueillie froidement par les milieux scientifiques.

La suite des événements permettra de voir plus clair, en particulier sur les applications possibles dans la maladie d’Alzheimer et les autres pathologies de la vieillesse.

*Un télomère est l’extrémité d’un chromosome intervenant dans sa stabilité et dans les processus cellulaires intervenant dans le vieillissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *